Translate

19 mars 2010

18.03.10 - Baracoa - El Yunque

Nous réveillons les filles à 7h15, départ prévu à 8h - destination, El Yunque. Nous partons donc en destination de Cubatur, de où l'autobus partira vers 8h30. L'autobus peut accueillir 10 personnes, alors aussi bien arriver tôt. Sinead et Patrick n'étaient pas certains d'y être mais ils arrivent même pas 5 minutes après nous, eux aussi ont une place à bord du bus.

En passant la barrière qui nous sépare de la ville, le garde me dit que nous avons reçu un paquet - un livre. Faut expliquer que lorsque nous sommes arrivés ici il y a trois jours, nous avons rencontré un montréalais qui vient à Baracoa six mois par année depuis 22 ans. Il travaillait à Moa, une ville à 70 km d'ici, qui exploite le nickel. Il est tombé amoureux de la place et y revient à toutes les années. Depuis sa retraite, il écrit des livres (Jacques Meillon). Il les écrit à la main de sa chambre ici à Cuba, puis lorsqu'il retourne au Québec, les tape à l'ordinateur. Alors cet homme nous a donc donné un de ses livres. Nous nous promettons de le lire et nous irons le saluer demain lorsque nous irons en ville. Nous avisons le garde que nous prendrons le livre à notre retour ce soir.

Le guide est sceptique quant à la possibilité que les filles réussissent à monter la montagne. En fait, El Yunque (qui signifie enclûme) est une montagne au sommet carré de 575 mètres. Cette montagne fut pendant longtemps un site sacré pour les indiens Tainos. Aujourd'hui, El Yunque est un repère visuel pour les navigateurs entrant au port et a été classé réserve de biosphère par l'UNESCO. La randonnée au sommet est de 10km et prend en moyenne 5 heures. Nous sommes confiants qu'Alexe sera capable de faire la randonnée, pour ce qui est de Milla, nous évaluerons au fur et à mesure.

Le guide est très sympatique et le groupe avec lequel nous sommes également. Il y a un couple de la Belgique, qui demeure à moins d'une heure en voiture de chez le grand frère d'Isa. C'est la deuxième fois que nous rencontrons des gens qui connaissent bien le coin où Patrick et sa famille vivent. C'est quand même drôle quand nous y pensons.

Nos filles sont évidemment les seules enfants et comme le guide nous le dira plus tard, les plus jeunes à avoir monté la montagne. Pendant la randonnée, il nous montre plusieurs sortes de plantes et d'arbres, nous fait goûter aux différents fruits que nous trouvons, nous explique comment les locaux cultivent les différentes plantes, etc. Au tiers de la montagne, un petit kiosque nous attend. On nous offre pamplemousses, oranges, bananes, coconut et miel - la contribution est volontaire. C'est délicieux et les filles (OK, OK, les parents aussi!) se régalent.

Pendant la randonnée, nous devons arrêter fréquemment - pour laisser les filles se reposer? NON! Pour laisser deux hommes (très sympatiques en passant) nous rattraper. Ils avoueront plus tard avoir monté au sommet seulement parce que les filles en étaient capables - orgueuil mal placée!! Nous faisons la montée en 3h15, Alexe fait ça comme une grande toute seule et Milla fait les derniers 300M sur les épaules à JC. La montée est trop prononcée et elle n'arrive pas à avancer - ses jambes étant trop courtes!

Arrivés au sommet, nous constatons à quel point nous sommes haut (photos à suivre). Nous pouvons voir la baie avec les voiliers, le village de Baracoa et la montagne que nous venons de monter. Alexe est pressée de redescendre - arrivés en bas, nous nous baignerons dans la rivière, alors pour elle, ce temps d'attente est trop long!

En descendant, nous arrêtons au petit kiosque et achètons de la coriande et de la menthe fraiches, cinq pamplemousses, deux oranges et une quinzaine de mini-bananes pour 2$CAN. Nous achètons également un litre de miel pur pour 5$CAN. JC est aux anges!

Nous nous baignons tous dans la rivière pendant une petite heure. Cette baignde remplacera une bonne douche. Puis retournons prendre l'autobus. Le guide est vraiment impressioné par la force et l'endurance des filles et nous le dit souvent. Nous sommes très fiers d'elles - faut expliquer que les filles marchent beaucoup plus que la moyenne des enfants. Elles doivent marcher pour aller faire l'épicerie, le lavage, les commissions, pour visiter les villes, etc. Elles sont donc plus habituées à marcher que la moyenne des enfants. Mais même étant jeunes, elles (surtout Alexe) démontraient déjà une endurance que nous trouvions épatante (Alexe a monté le chemin de la croix à Baie Éternité - 6 km - à l'âge de deux ans). Bref, nous nous permettons donc de nous vanter un peu parce que nous sommes très fiers d'elles!

Nous revenons donc en autobus et Milla s'endort tout de suite! Le chauffeur nous demande si nous voulons qu'il nous dépose au port au lieu du centre-ville, nous acceptons volontiers. Ce soir, nous faisons un petit spécial étant donné que tout le monde est fatigué - nous ouvrons un pot de sauce à spaghetti et mangeons des pâtes en écoutant un film (Big Fish). Pendant la préparation du repas, Isa fait du bon pain aux bananes avec les bananes les plus mûres, puis nous écoutons le film. Les filles se couchent très tôt et nous ne tardons pas non plus!